Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

banniere_milieu
banniere_bas

Paris, le 7 décembre 2005 – n° 18-2005

 

Accords du 24 novembre 2005
Caricatures, mensonges, désinformations 

« On dirait le SUD ! »

 

Une pratique syndicale responsable implique d’être en capacité de prendre des engagements et de s’exposer à la critique et au débat. Le Syndicat-Unifié/Unsa sait prendre des décisions et les assume.
Les accords que nous avons ratifiés le 24 novembre sur la protection sociale et les rémunérations minimales suscitent bien naturellement des interrogations et demandent des explications que nous allons continuer de développer dans les semaines qui viennent.

 

Une constance dans la négation

Le syndicat Sud-Caisses d’épargne vient de publier sur cet épisode une diatribe à notre encontre prétendant dire « toute la vérité ». Nous n’emprunterons pas le terrain fangeux de l’invective sur lequel cette organisation semble se complaire, mais souhaitons relever quelques-unes de leurs énormités.

Le détail des récentes négociations est relaté avec force mensonges, approximations et contresens, à l’image des contributions de Sud dans ces négociations.

Nous reconnaissons à cette organisation une constance dans le positionnement négatif avant, pendant et après les négociations à en juger par les contrevérités que Sud continue de proférer. À moins qu’il ne s’agisse d’une absence de maîtrise des dossiers, ce qui est tout aussi inquiétant.

La responsabilité du droit d’opposition

Si ces grands donneurs de leçon sont aussi sûrs d’eux, qu’ils agissent ! Ils ont en effet la faculté de s’opposer à l’application des accords signés. Mais attention ! Cette fois il ne faudra pas se tromper. Cet acte en responsabilité (mot très certainement étranger à leurs oreilles) entraînerait la non-application des accords conclus le 24 novembre et priverait les 40 000 salariés de la branche Caisse d’épargne de protection sociale, de revalorisation des salaires minimum, de prime de 600 € !

Nous avons noté une faille énorme dans les dons de clairvoyance de ces détenteurs de « toute la vérité ». Ils expliquent que le Syndicat-Unifié/Unsa a, depuis vingt ans, régulièrement trahi. Alors, pourquoi, forts de ces informations, se sont-ils associés à nous, une fois encore ? Et que dire, enfin, de leur attitude consistant à défendre bec et ongles des accords passés qu’ils ne se sont jamais osés à signer ?

 

Allons Camarades, ressaisissez-vous !
La défense des intérêts des salariés
passe par d’autres pratiques et un autre vocabulaire, assurément !

 

Le Secrétariat National :
Jean-David Camus, Gérard Commarmond, Patrick Galpin, Serge Huber et Michel Ricard

 

Dernière minuteSud vient d’indiquer qu’il s’opposait aux accords de Prévoyance et de Santé. Nous notons que leur non-opposition aux accords de Retraite et de Rémunération relativise leur jugement excessif. Ils font finalement le constat que ces accords sont tout à fait favorables aux salariés.


   

Imprimer  
Avant d'imprimer, pensez à l'environnement


Internet Explorer 4 Pour obtenir Internet Explorer, veuillez cliquer ici... et supérieur
Affichage optimisé 800 x 600
Page mise à jour le : 3/01/06 13:01
Copyright © 2002-
compteur
Déclaration Cliquez ici pour accéder au site n°801353 du 22 avril 2002