Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

banniere_milieu
banniere_bas

CGT

CFDT

SYNDICAT UNIFIE

SUD

 

Paris le 5 février 2003

Monsieur Bruno METLING
Membre du Directoire en charge des relations sociales
Caisse Nationale des Caisses d’épargne
Boulevard Saint-Jacques
75014 PARIS

 

Monsieur,

Les jugements rendus le 28 janvier 2003 par le TGI de Paris témoignent de la dégradation des rela-tions sociales au sein du Groupe, confirment l’illégalité des accords de juin 2002 et vous font obligation de reprendre la négociation.

Ils sanctionnent la démarche négative, que vous avez initiée il y a près de deux ans, caractérisée par votre refus d’engager un véritable dialogue avec les partenaires syndicaux.
C’est ainsi que, successivement, vous avez :

- ouvert les hostilités en dénonçant les accords formant l’essentiel de notre contrat de travail collectif,
- refusé d’engager un réel dialogue intégrant les propositions de l’ensemble des organisations syndi-cales,
- pris, en conséquence, le risque de conclure avec des organisations minoritaires,
- finalement décidé de nous assigner devant le tribunal pour entraver le droit d’opposition que nous exercions conformément à la loi.

La justice vous a donné tort en décidant que les accords de juin 2002 ne peuvent entrer en vigueur et vous a, de surcroît, interdit de poursuivre la mise en place des dispositions unilatérales que vous entendiez substituer à ces accords opposés.

Elle a en outre rappelé la validité de l’accord sur le volet social de la reconfiguration du 14 mars 1991, que vous contestiez.

Si nous sommes satisfaits que justice soit rendue aux thèses que nous défendons, nous continuons à déplorer la situation catastrophique dans laquelle vous avez délibérément plongé les relations sociales du Groupe.

Vous avez voulu ignorer les attentes du personnel que nous représentons.

Vous avez ainsi refusé d’ouvrir un véritable dialogue social.

Vous avez voulu aboutir envers et contre tout, en renonçant jusqu’à la légitimité que confèrent le souci de la paix sociale et la loyauté dans les échanges : pour quel résultat ?

Il ne serait ni raisonnable ni responsable que vous persistiez dans une méthode qui a largement mon-tré qu’elle ne pouvait conduire qu’à l’échec, le tribunal lui-même la sanctionnant.

Aussi, nous vous demandons d’engager, sans délai, de véritables négociations sur l’ensemble des dossiers : rémunérations, classifications, carrière, mobilité et droit syndical.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.

Les secrétaires généraux,
CFDT - CGT- SUD - Syndicat Unifié
Benoît Haussmann - Daniel Gérardi - Jean-Paul Halgand - Serge Huber


   

Imprimer  
Avant d'imprimer, pensez à l'environnement


Internet Explorer 4 Pour obtenir Internet Explorer, veuillez cliquer ici... et supérieur
Affichage optimisé 800 x 600
Page mise à jour le : 3/01/06 13:01
Copyright © 2002-
compteur
Déclaration Cliquez ici pour accéder au site n°801353 du 22 avril 2002