Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

banniere_milieu
banniere_bas

Paris, le 30 septembre 2002 - n° 23-2002

BRUNO METTLING AU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE VIGEO

La farce !

 

Tout comme Arèse (agence française d'évaluation des performances sociales et environnementales des entreprises) dont elle est issue, Vigéo (agence européenne de rating social), a bénéficié du soutien financier du Groupe Caisse d'épargne, via Eulia. Elle compte au nombre de ses administrateurs Bruno Mettling, membre du directoire de la CNCE, chargé des ressources humaines

Une exigence pour le rating social : la crédibilité !
Analyser les entreprises au-delà des seuls critères financiers présente un intérêt certain. Cependant, la démarche consistant à apprécier des éléments ayant trait à l'éthique, ne peut souffrir la moindre absence de crédibilité. Cette exigence est rendue d'autant plus nécessaire dans le contexte actuel, de méfiance de l'opinion vis-à-vis des organes de contrôles et d'évaluation des entreprises.

Est-ce le cas de Vigéo ?
Il y a tout d'abord lieu de s'interroger sur l'indépendance de Vigéo, dont l'actionnariat est essentiellement constitué de grandes entreprises (Eulia, Danone, Suez, Thomson multimédia, Carrefour, Accor, Axa…). Certes, la part de chaque entreprise au capital est limitée à 2%, mais cela ne met pas Vigéo à l'abri d'un certain "esprit de corps" pouvant régner au sein de son Conseil d'administration. Si ces entreprises ne font pas figure de négrier, elles ne sont pas davantage des parangons de vertu.

Un expert en casse sociale…
Un autre facteur atteint plus gravement la crédibilité de Vigéo : la présence au sein de son Conseil d'administration de B. Mettling, l'homme de main de la plus grande casse sociale que les Caisses d'épargne aient connue. Si d'aventure la méthode d'évaluation de Vigéo devait s'inspirer des pratiques de ce monsieur, le pire serait à craindre.

… doublé d'un affabulateur !
En effet, après avoir balayé le statut social des salariés du Groupe et s'être engagé dans une campagne de répression syndicale, B. Mettling déclare à qui veut l'entendre que le climat social dans le Groupe est au mieux et que tout baigne !
Si Vigéo fonctionne sur ces bases affabulatrices, elle n'aura aucun crédit et sera vite perçue comme un instrument supplémentaire destiné à tromper l'opinion.
Placer Nicole Notat à la direction de Vigéo suppose la recherche d'une certaine caution sociale ... mais faire siéger Bruno Mettling au Conseil d'administration répond tout bonnement de la farce !

Moody's contre Vigéo ?
Le simple bon sens dicte une totale indépendance de toute structure d'évaluation éthique des entreprises. En effet, le système économique dominant génère des antagonismes entre "progrès social" et rentabilité économique. Nous avons pu maintes fois constater combien le marché encourage les plans sociaux, restructurations, délocalisations qui tirent vers le bas le statut social des employés concernés.
Ainsi, pour les Caisses d'épargne par exemple, l'agence de notation Moody's a récemment relevé la notation du Groupe, notamment en raison "des progrès enregistrés dans la politique des ressources humaines". Nous qui connaissons la nature de ces "progrès" savons qu'ils entraînent à la baisse le "rating" social des Caisses d'épargne.

Satisfaire à la fois Moody's et Vigéo semble répondre de l'utopie, tant leurs appréciations sont antagonistes. Il y a tout lieu de redouter que Vigéo, bon gré mal gré, soit reléguée à un rôle de complaisance.

Le secrétariat national
Bernard Charrier, Gérard Commarmond, Patrick Galpin, Serge Huber, Bettina Larry


   

Imprimer  
Avant d'imprimer, pensez à l'environnement


Internet Explorer 4 Pour obtenir Internet Explorer, veuillez cliquer ici... et supérieur
Affichage optimisé 800 x 600
Page mise à jour le : 3/01/06 13:01
Copyright © 2002-
compteur
Déclaration Cliquez ici pour accéder au site n°801353 du 22 avril 2002