Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

banniere_milieu
banniere_bas

Paris, le 21 mai 2002 - n° 14-2002

GROUPE CAISSE D'EPARGNE : RESULTATS 2001

Des richesses pour quoi faire ?


Ni l'intérêt général, ni les clients, ni les salariés ne sont les bénéficiaires des bons résultats du Groupe Caisse d'épargne. Le développement d'Eulia semble être le seul objectif digne d'intérêt aux yeux de nos dirigeants.

Les résultats du Groupe sont en phase avec les objectifs fixés par nos dirigeants, notamment quant à leur ambition de doublement à fin 2003.
Le résultat net progresse de 15 % et la capacité bénéficiaire de 18 %. Le coefficient d'exploitation diminue de 1,6 point à 72,1 %.
Cet affichage rutilant ne profite ni à l'intérêt général, ni aux clients, ni aux salariés du Groupe.

Quel partage de la valeur ajoutée ?
La faible progression de 2,3 % des charges de personnel se répartit ainsi : 1,9 % liée à l'évolution de l'effectif et 0,4% à la progression des salaires, dans laquelle les revalorisations générales ont valeur quasiment nulle.
Côté intérêt général, on est loin du tiers des résultats ambitionné par la loi. Avec 20 millions d'Euros alloués aux PELS (projets d'économie locale et sociale), le Groupe consacrera une enveloppe treize fois inférieure au maximum autorisé par la loi (263 millions d'Euros).
Le rendement des fonds propres se situe à 10 %. Si l'on considère les seuls fonds propres nécessaires à l'activité " banque de détail ", cette rentabilité s'élève à 16 %. Cela n'est-il pas de nature à relativiser les discours sur la faible rentabilité supposée des Caisses d'épargne ?
Si ce résultat met surtout en valeur le travail de leurs 40.000 salariés, il souligne également l'indécence de nos dirigeants à poursuivre dans la mauvaise voie qu'ils ont engagée en matière de politique salariale et notamment leur refus d'accéder à notre demande de mise en place d'un dispositif " d'intéressement groupe ".

2000
2001
Progression
PNB
5 514
5 760
+ 4,5 %
Capacité bénéficiaire
826
975
+ 18 %
Charges de personnel
2 565
2 625
+ 2,3 %
Frais de gestion
4 422
4 384
- 0,9 %
Coefficient d'exploitation
73,7
72,1
-1,6 point
Résultat net
687
790
+ 15 %

Quel bénéfice pour le client sociétaire ?
Ce niveau de résultat permet également de s'interroger sur la cohérence d'une politique commerciale qui n'ouvre aucune facilité particulière aux clients sociétaires, contrairement aux fondements mêmes du mouvement coopératif dans lequel ces mêmes dirigeants ont souhaité ancrer les Caisses d'épargne en 1999. Et il ne s'agit pas là de généraliser l'attribution de coupe-file évitant les attentes aux guichets de tel musée ou de telle exposition artistique, comme pour les heureux porteurs de carte visa premier. Mais en l'occurrence il s'agirait plutôt d'une minoration de certains taux de crédit, d'exonération de certains frais et la révision d'une politique de " tarification sanction " outrancière, aux antipodes de tout comportement social, dans ce qu'elle enfonce un peu plus ceux qui sont dans une situation économique déjà délicate.

Objectif Eulia
Nous voyons ainsi se dessiner les intentions recherchées dans le rapprochement de métiers au sein d'Eulia : les Caisses d'épargne, en bonne santé, jouant le rôle de " vache à lait " au profit du développement de l'activité banque de gros. Cette capacité s'acquiert par une rationalisation accrue de l'outil Caisse d'épargne : réduction constante du coefficient d'exploitation par une compression de la masse salariale et une détérioration des conditions de travail. La dénonciation des accords sur les rémunérations et sur le droit syndical, comme la mise en place d'éléments de salaire au rendement, s'inscrivent dans cette politique.

Ces données sont à situer dans les débats qui traversent aujourd'hui la société française. Tant que les actes demeureront en attente du discours politique, le social un sous-produit de l'économie, l'intérêt général non considéré comme élément de cohésion économique et sociale, l'Ecureuil - et tant d'autres - continueront d'afficher de bons résultats .. et la société s'interrogera ad libitum sur l'imprévisibilité de résultats électoraux !

Le secrétariat national
Gilles Arnould, Bernard Charrier, Patrick Galpin, Serge Huber, Bettina Larry

 


   

Imprimer  
Avant d'imprimer, pensez à l'environnement


Internet Explorer 4 Pour obtenir Internet Explorer, veuillez cliquer ici... et supérieur
Affichage optimisé 800 x 600
Page mise à jour le : 3/01/06 13:01
Copyright © 2002-
compteur
Déclaration Cliquez ici pour accéder au site n°801353 du 22 avril 2002