Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

banniere_milieu
banniere_bas

DNA DU 13/03/2006

France - Économie / Rapprochement
Banque Populaire et Caisse d'Épargne en négociations

Les deux groupes ont signé « une lettre d'ouverture de négociations exclusives, qui devraient prendre fin au plus tard le 1er juin 2006, en vue d'un rapprochement de certaines de leurs activités », ont-ils annoncé hier dans un communiqué commun. En cas d'issue favorable à ces négociations, le projet sera mis en oeuvre « courant décembre 2006 » sous réserve de son approbation par la Caisse des dépôts, actionnaire stratégique de la Caisse d'Épargne.
 « A ce jour, la Caisse des dépôts a exprimé son opposition à ce projet », rappelle le communiqué. En effet, la Caisse des dépôts a longtemps été laissée dans l'ignorance alors qu'elle est l'actionnaire stratégique de l'Écureuil.

Menace de veto de la Caisse des dépôts : « pas une critique sur le fond du projet »

 Les « travaux sérieux » de rapprochement ont débuté il y a près de deux mois au plus haut niveau des deux banques mais la Caisse des dépôts n'a été informée du projet que jeudi! . Elle indique que le projet « porterait gravement atteinte aux intérêts de la CNCE (Caisse nationale des Caisses d'Épargne, ndlr) et de ses actionnaires » et menace même d'y opposer son veto prévu dans le pacte d'actionnaires liant l'établissement public aux caisses régionales qui détiennent 65% de la Caisse nationale. Mais pour une source proche des deux banques, « il s'agit d'une réaction épidermique mais pas d'une critique sur le fond du projet. Les discussions continuent ».
 Le mariage doit donner naissance à Natixis, constitué du rapprochement de Natexis Banques Populaires, filiale cotée du groupe Banque Populaire, et des filiales de la Caisse nationale des Caisses d'épargne dans les domaines de la banque de financement et d'investissement (Ixis), des services financiers spécialisés (notamment le Crédit Foncier) et de la gestion privée (la Compagnie 1818). En revanche, les partenariats stratégiques existants dans les deux groupes ont « vocation à être exclus des app! orts », notamment CNP Assurances, précise le communiqué.

Les deux banques auront chacune 34% de Natixis

 Natixis sera détenu à parité (34% chacune) par les deux banques. Cette parité sera obtenue par l'addition des actifs transférés, l'émission de certificats coopératifs d'investissements (CCI, donnent droit à des dividendes sans droit de vote, ndlr) et « le cas échéant par des apports en numéraire ».
 Coté en Bourse, il aura un flottant minimum de 25% pour une capitalisation boursière de plus de 20 milliards d'euros.
 Les deux réseaux bancaires et les organes centraux - la Banque fédérale des Banques Populaires et la Caisse nationale des Caisses d'Épargne - resteront « indépendants » même si le projet prévoit une « participation croisée » entre eux.
 Le futur ensemble sera dirigé par un conseil de surveillance et un directoire. La présidence du conseil sera exercée alternativement par les présidents des deux groupes, et c'est Cha! rles Milhaud pour l'Écureuil qui sera le premier. Le président du directoire sera choisi d'un « commun accord » par les deux banques. Philippe Dupont, patron des Banques Populaires, assurera le premier mandat. Le groupe Banque Populaire sera conseillé par Citigroup, Rothschild et Philippe Villin Conseil et le groupe Caisse d'Épargne par Bucéphale Finance, Lazard Frères et Merrill Lynch.

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 13.3.2006


   

Imprimer  
Avant d'imprimer, pensez à l'environnement


Internet Explorer 4 Pour obtenir Internet Explorer, veuillez cliquer ici... et supérieur
Affichage optimisé 800 x 600
Page mise à jour le : 20/05/06 14:11
Copyright © 2002-
compteur
Déclaration Cliquez ici pour accéder au site n°801353 du 22 avril 2002